Végétaliser son assiette, ses repas, ses menus, est une habitude de plus en plus pratiquée dans la société. Quelles en sont les raisons ?

Diminuer sa ration d'aliments d'origine animale et la remplacer par d'autres d'origines végétales a de multiples avantages : Elle permet de diminuer le nombre d'animaux exploités, nécessite moins de ressources naturelles (et d'émissions de gaz à effet de serre) et enfin elle permet de réduire certains risques sur la santé.

Nous avons donc ici 3 grands axes principaux résumés dans cet article.

Diminuer la souffrance animale

Les animaux de rente ne font pas de vieux os et à de rares exceptions finissent à l'abattoir assez rapidement. Si on aime pas voir ce qui s'y passe, ou si l'on n'aime pas les conditions de vie dans les élevages, il est pertinent de diminuer sa portion de produits d'origine animale.  Il est bien important de se rendre compte que les animaux élevés en plein air sont une infime minorité même en France

Protéger l'environnement

Il est évident qu'en diminuant sa quantité de viande et autres produits issus de leur exploitation (lait, oeufs..)  on contribue à diminuer le nombre d'animaux mis au monde dans les élevages chaque année dans le monde... ce qui laisse un peu de place aux animaux sauvages qui en manque ! Ainsi les mammifères sauvages ne représentent plus que 4% de la biomasse de tous les mammifères terrestres, contre 60% pour le bétail !

En effet il faut savoir que selon la FAO 30% des céréales (soit 40% des surfaces cultivées dans le monde) sont destinées aux élevages du monde entier et selon l'Ademe (L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), un régime végétalien en France utilise 3,3 fois moins de surface agricole que le régime carné moyen, et 4,6 fois moins de surface agricole qu'un régime riche en viande :

  • Végétalien : 1300m² par an
  • Carné moyen : 4300m² par an
  • Riche en viande : 6000m² par an

« On passe ainsi de 4 à 16 mètres carrés par jour et par personne, entre un repas strictement végétal et un autre riche en viande » (source Ademe)

La demande en ressources est tellement importante que la France importe chaque année environ 3 millions de tonnes de tourteaux soja à destinations des volailles, cochons et bovins du pays. Soja pour la majorité en provenance du Brésil et donc en partie d'Amazonie, favorisant la déforestation un peu partout dans le monde.

La pêche vide les océans et fragilise bien des animaux marins pourtant non comestibles : tortues, dauphins et autres cétacés meurent régulièrement sur nos côtes asphyxiés dans les filets. Et plus de la moitié des poissons consommés dans le monde sont issus d'élevage où ils sont nourris avec des céréales ou de la farine de poissons sauvages....

Outre l'impact destructeur sur les animaux sauvages, la biodiversité, l'élevage dégage énormément de gaz à effet de serre avec en tête bien entendu le méthane des bovins (mais pas seulement) c'est donc une cause importante du dérèglement climatique. Manger végétal est ainsi plus bénéfique que manger local (on peut aller vers les 2 bien sûr)

L'ademe propose un outil pour mesurer les émissions carbone des aliments : agribalyse
Synthèse sur le soja sur le blog question d'éthique: Secret story du soja


Préserver la santé

Un régime végétalien donnerait une meilleure santé ? Pas si vite ! Si réduire ou stopper les viandes et charcuteries réduit de facto les risques de maladies cardiovasculaires inhérents à ces aliments, il n'y pas de différence probante constatée en terme d'espérance de vie. Le plus important étant d'avoir la totalité des  nutriments nécessaires à notre organisme, peu importe le régime.

Cependant stopper les graisses animales (viande, fromages à pâte grasse) est réputé pour améliorer la récupération et réduire les crampes, raisons pour lesquelles de nombreuses/eux sportives/tifs choisissent d'opter pour un régime végétarien ou végétalien, l'exemple le plus connu étant le N°1 du tennis Novak Djokovik, ainsi que Serena Williams, Lewis Hamilton, Alex Morgan (championne de monde de football féminin) et bien d'autres ici et là. Par contre moins de monde est au courant que la consommation de viande chassée ou d'élevage augmente les risques de transmissions de virus des animaux à l'humain. L'OMS recommande ainsi de revoir à la hausse le bien-être animal pour freiner l'apparition de nouvelles épidémies qui sont souvent liées à notre consommation de chair animale. Si les virus sont apparus bien avant l'élevage, c'est bien quand ils entrent dans ceux qu'ils se multiplient augmentant de manière exponentielle les risque d'une mutation transmissible aux humains.
Un autre point important au niveau sanitaire est que l'élevage est un grand consommateur d'antibiotiques et favorise donc l'antibiorésistance des bactéries.

https://www.viande.info/elevage-viande-sante-maladies
https://www.ciwf.fr/actualites/2020/04/pandemies-et-elevage-intensif-quelques-reponses-a-vos-questions
[vidéos : Les futures épidémies que nous vivrons]

Voilà, on peut bien sûr détailler encore plus chacun de ces points, le sujet est vaste et d'autres articles viendront par la suite ! Ah oui une dernière chose, on vient de voir combien c'est important de végétaliser son alimentation, il est aussi utile de préciser qu'on peut se régaler tout autant sinon plus :) !

On se régale en végétal !